Le Jeûne: Des Bienfaits pour le corps et l’esprit

Pratiqué depuis longtemps à des fin religieuses, le jeûne tend à se développer dans une société de surconsommation et de suralimentation.

Le grand Carême chez les Chrétiens (catholiques et orthodoxes) avant Pâques, préconise de suivre les pas du Christ, et de pratiquer un jeûne d’une durée de 40 jours sans graisses animales. Beaucoup de personnes pratiquent le jeûne, pour des raisons purement physiques et biologiques ; tandis que d’autres, le pratiquent pour des raisons spirituelles.

Je fais un tour d’horizon du jeûne en 3 parties : Une partie sur le corps, une partie sur l’esprit et je partage mon expérience personnelle de la pratique du jeune.

L’Histoire du jeûne

La tradition reconnait les vertus du jeûne.  Le Dr Isaac Jennings (1788-1874) fut l’un des premiers médecins américains à le préconiser. C’est en 1822 qu’il renonce à l’usage de la médication et qu’il opte pour une nouvelle science de la santé basée sur des principes naturels, dont le jeûne, que l’on appela ensuite hygiène naturelle. D’autres praticiens l’ont imité, mais on doit principalement à Herbert M. Shelton (1895-1985), chiropraticien et naturopathe, reconnu comme le père de l’école hygiéniste, d’avoir élaboré un protocole basé sur un jeûne strict à l’eau, sans exercice physique. Il s’agissait d’un repos physiologique complet recommandé par Socrate il y a 2 500 ans déjà ! – qui permettrait d’aiguiser l’esprit.

Le jeune a longtemps été pratiqué dans un but thérapeutique, pour traiter certaines maladies. Ainsi Hippocrate, vers 460 av. J.-C., prescrivait déjà des jeunes à ses malades.

Gandhi pratiquait aussi à son époque le jeune pour « purifier l’Inde ». De grands philosophes comme Socrate et Platon avaient choisi de jeûner, eux, pour être plus performant au niveau intellectuel.

1/LE CORPS

Qu’est-ce que le jeûne ?

Le jeûne est une approche spirituelle mais également physique participant à une forme d’auto-guérison. Il s’agit d’une restriction physique des aliments ingérés sur une certaine période.

Dans le cadre du jeûne Chrétien orthodoxe, qui dure 40 jours, les aliments à base de graisses animales sont exclus. Ne sont conservés donc, que les fruits et légumes crus ou cuits à l’eau, avec le poisson uniquement certains jours. Exit le lait, les fromages, les œufs et la viande !

Dans la nature, on observe que les animaux cessent instinctivement de manger quand ils sont malades ou blessés.

Il faut savoir qu’il existe d’autre forme de jeûne, notamment un jeûne complet qui consiste à s’abstenir de tout aliment (solide et liquide), à l’exception de l’eau, pendant une période plus ou moins longue dans le but de reposer, détoxiquer et régénérer l’organisme. Selon ses tenants, le jeûne contribuerait au maintien d’une bonne santé, au même titre qu’une saine alimentation, l’exercice physique et l’équilibre émotif.

Plusieurs cliniques spécialisées en Russie et en Allemagne sont réputées dans le domaine, et de nombreux malades notamment du cancer (en complément du traitement médicamenteux) se lancent dans le processus du jeûne.

L’autophagie, la combustion des graisses stimule la biosynthèse des Mitochondries, c’est microcentrales énergétiques de nos cellules et atténue les facteurs qui favorise la croissance tumorale.

Les Russes, possède près du lac Baïkal dans le village de Goryachinsk une clinique spécialisée ouverte depuis 1994 sur le jeûne thérapeutique.

Youri Nikolaev médecin psychiatre de renommée dont le livre “La santé par le jeûne” édité en 1973, un des best-sellers en Russie, a désigné le Lac Baïkal comme l’endroit idéal pour la création de cette clinique.

https://youtu.be/3tw3DvgwNjI Extrait du Documentaire Arte : le jeûne, nouvelle thérapie. De Thierry de Lestrade

En Allemagne, près du lac de Constance, la clinique Buchinger Wilhelmi fondée en 1953 par le Docteur Otto Buchinger ne cesse de battre également son plein.

Le jeûne c’est avant tout une vraie DÉTOX, c’est le grand nettoyage de printemps du corps !

Il permet au système digestif de se reposer et aux autres organes de se purger via l’élimination des toxines et des mauvaises graisses.

Les Bienfaits du jeune :

✅Soulagement de l’arthrite rhumatoïde ✅Régénération des cellules

✅Diminution les douleurs chroniques ✅Contribution au traitement de l’hypertension

✅Perte de poids ✅Amélioration la qualité du sommeil ✅ Nettoyage de l’organisme

✅Réduction du vieillissement ✅Atténuation de la croissance tumorale

Qu’est ce qui se passe concrètement dans le corps ?

Le processus métabolique provoquée par le jeûne s’enclenche rapidement dès que l’on cesse de manger et mobilise les réserves de graisse de l’organisme. Lors du jeûne, le cerveau a besoin de glucose. Il utilise les réserves de graisse des tissus adipeux, transforme les triglycérides en glycérol, qui se transforme en glucose.

En cas de jeûne trop prolongé, le corps se mettra à puiser dans ses muscles pour produire du glucose. Pour cela, il utilise les protéines qu’il transforme en acide aminé, puis en glucose : c’est la phase de Néoglucogenèse, synthèse du glucose à partir de précurseurs non glucidiques.

Il est à noter que le jeûne est contre-indiqué aux personnes anorexiques, aux personnes dont l’IMC est inférieur à 18, aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants et aux personnes souffrant d’une insuffisance rénale ou hépatique avancé.

Pourquoi jeûner ? Plusieurs raisons : Spirituelles et physiques.

Tout d’abord le jeûne est un rituel religieux, associé à la prière et à l’aumône. Ensuite, cette pratique du jeûne pour guérir a été remise sur le devant de la scène par les médecins au début du XXe siècle. Les bienfaits du jeune sur la santé sont réels.

Il retarderait le processus de vieillissement, nettoierai l’organisme, préviendrai des maladies chroniques et pourrait également être un traitement de certaines pathologies, (diabète, maladie inflammatoire chronique, hypertension artérielle, asthme).

Des études chez l’animal et quelques-unes chez l’homme prouve les effets thérapeutiques du jeûne. On sait que ce dernier entraîne des modifications au niveau des paramètres biologiques : normalisation des taux de graisse, de pic de glucose, et d’insuline. Nous attendons la reconnaissance « officielle » de ces résultats d’études.

Le jeûne permet aussi une perte de poids. Les femmes perdent de 200 à 500 g par jour en moyenne les hommes un peu plus. Pour maintenir le poids perdu, il faudra bien sûr modifier ses habitudes alimentaires sur le long terme, son style de vie et traiter d’éventuelles troubles du comportement alimentaire à l’origine du surpoids.

2/L’ESPRIT

Le jeûne est une tradition orale ! Tradition issue des écrits des lois de Moïse. N’oubliez pas que les saintes écritures étaient avant tout des paroles.

* Une joie et un choix

Il faut comprendre le jeûne comme une joie !Il s’agit d’un choix volontaire de privation pour acquérir la grâce de DieuL’objectif du jeune est la communion avec Dieu à travers l’eucharistie.Une abstinence pour rencontrer Dieu. C’est en même temps une préparation à la Sainte communion. Le Christ a Jeûné dans le désert. La Théophanie, est une fête à l’origine du jeune donc de ces 40 jours.

« Vous ne pouvez boire la coupe du seigneur et la coupe du démon en même temps. »1 Corinthiens 10 ; 21 – Nouveau Testament

Le jeûne au IIè siècle, étaient considéré comme une préparation au baptême (un ou deux jours avant le baptême), pour le baptisé et le baptiseur. Les grands mystères que sont l’eucharistie, et le baptême, forment un ensemble de l’initiation à la chrétienté.Le jeûne a souvent été pratiqué AVANT d’accéder à la connaissance de Dieu.

Saint Justin martyrs, le philosophe disait l’eucharistie suit le baptême, il témoigne d’un jeûne qui se prépare avant le baptême. Saint Athanas Le grand, père de l’église, théologien disait que le jeune est un antidote qui nous prépare à la communion céleste pour les néophytes concernés.

*La charité et la compassion  

Le vrai jeûne consiste à la charité envers ses proches. Ce qu’on appelle « L’agapé », ou amour qui convient à Dieu.

Pour Platon, c’est la troisième forme que prend l’amour après l’amour physique « éros » et l’amour de l’esprit de l’autre « philia ». C’est un amour désintéressé, sans recherche d’un enrichissement personnel. _C’est tout moi ça ! Ça me parle l’agapé_Donc l’amour pour l’amour, c’est ce que représente l’acte de charité.

On ne jeûne pas de la nourriture, mais de la vie de ce monde, de tout ce qui ne vient pas de Dieu. Saint Basile le Grand, au IV siècle, parlait de la repentance. Il disait que la repentance sans le jeûne, n’est pas significative. La participation doit se faire avec une conscience pure. Les exigences d’application du jeûne, ne rien manger, ni boire avant de communier sont de rigueur.

*La repentance, l’égo et le Chemin

Faire la paix, se repentir de tout péchés, et adhérer à la notion de communion, en évitant toute réprobation de nos proches. Une vie dans le Christ n’est possible seulement qu’avec une conscience pure accompagnée du jeûne.

Si on s’est amélioré sur un de nos défauts c’est déjà ça ! « Metanoia » en grec, signifie changer, c’est ça le repentir. C’est le retour vers la maison de Dieu. Se concentrer, se rassembler, nous qui sommes si dispersés. En avouant, « je ne suis pas le centre du monde », et sans juger les autres, mais se juger soi-même. Le carême n’est pas une nécessité mais bien une libération.Faire l’expérience de nos limites. Ce n’est pas souffrir !

Suspendre nos dialogues psychologiques, ce fameux dialogue de moi à moi, ou ressort notre égo. Entre le sommeil et la satiété, souvent, nous en oublions Dieu.

Être attentif dans le corps et l’esprit ? Pourquoi ?

Pour sortir du biologique, vaincre l’oubli, vaincre le sommeil et l’irréalité de notre « songe », ou cette illusion sur notre propre vie. Il existe un temps d’attente où nous rompons avec la mort par nos habitudes.Le carême, considéré comme une forme d’exode et pèlerinage. Le jeûne permet ce voyage attentif. Il s’agit d’aller vers Pâques, « Páscha » en grec qui veut dire passage. Même si le chemin peut prendre du temps, il faut que chacun se trouve soi-même. Dieu est comme notre horizon à atteindre, comme quelque chose de profond en nous. La résurrection est une invitation à mourir et renaître avec le Christ.

*L’Éveil, la confession et l’effort

« Éveiller les hommes car nous vivons dans une société qui endort les gens. » Nous devenons des somnambules. Il ne faut pas oublier que le plus grand des pêchés, c’est l’oubli.

Nous oublions que nous vivons, nous oublions les autres, et nous oublions Dieu. Autre fois, tout était fait pour nous éveiller. Toutes les situations de mort que nous vivons, ne sont que des résurrections au fond. Le jeune et le christianisme démocratise les passions, tout ce qui est étranger à Dieu. Il n’existe pas de prédestinée personnelle, ni de favoritisme, car nous sommes tous les enfants de Dieu. La confession est un état psychologique important du jeune.

L’archiprêtre Slavisa Sanjić présent rajoute « j’adapte le jeûne en fonction des paroissiens, mais déjà faire l’effort de jeûner c’est faire preuve de discernement et de conscience. Lors d’une confession, ce n’est pas moi qui écoute, qui encourage et qui pardonne, c’est le Christ » dit-il !

La sensibilité et la réceptivité est subjective pour tout à chacun. Parfois dans une prière, que nous avons pourtant écouté plusieurs fois, c’est juste un mot en particulier qui nous touche, c’est ce ressenti, là où on se sent proche du Seigneur.

Propos recueilli auprès de Goran Sekulovski lors d’une conférence – Docteur en théologie, professeur à la faculté de Saint Serge et à l’institut catholique, il est également Chercheur et Scientifique.

3/ MON EXPÉRIENCE

J’ai commencé le jeûne il y a cinq ans.

Je vivais à Londres depuis près d’un an , dans le quartier de Notting Hill.

Je ne sais quoi ou plutôt qui, a guidé mes pas jusqu’au bout de Portobello road Market.

J’ai atterri dans cette église orthodoxe. Et là où auparavant je ne comprenais rien au discours et prières des prêtres au sein d’autres églises, pour une fois, c’était clair comme de l’eau, voir limpide !C’est étrange, à 33 ans, _l’âge du Christ bizarrement _ j’avais l’impression de comprendre une langue qui jusque-là m’était indéchiffrable, du hiéroglyphe. J’ai eu un ressenti particulier, et une curiosité mêlée à une forme de quête de connaissances.

À mon retour à Paris, j’ai entrepris le jeûne pendant 40 jours, et commencé à fréquenter discrètement, mais régulièrement la paroisse orthodoxe Saint Sava rue de Simplon dans le 18ème arrondissement, le dimanche.

*Le corps :

Dans un premier temps, je me suis focalisé sur la difficulté physique, sur les restrictions alimentaires, qui induisent un contrôle sur soi dont je ne soupçonnais même pas l’existence ! Celui-ci permet d’entrevoir, que généralement nous avons tous un manque à combler au fond de nous et que beaucoup utilisent la nourriture pour combler ce vide.

Le jeûne m’apporte physiquement, la régénération de toutes les cellules, comme un renouveau, que je sens au niveau du corps. Aucunes difficultés n’est ressentie, même au niveau de l’effort physique et de la pratique de certaines activités sportives. Donc au final, plus de peur que de mal sur la partie physique.

Je perds 5kg durant ces 40jours habituellement, que je reprends sur un délai de 25 jours environ à la fin du jeûne (car mon objectif n’est pas la perte de poids, mais au contraire un maintien du poids habituel). J’ai essayé de doubler le pain, des compléments alimentaires, mais rien n’y fait, je perds automatiquement 5kg !!!  Il faut compter un bon mois pour revenir au poids normal.

En même temps une curiosité un intérêt particulier d’un point de vue de l’esprit, conduisent à une recherche d’information à de nombreuses lectures et de vidéos regardées sur le sujet de la religion orthodoxe. Sujet vaste et complexe mais plein de découvertes. Comprendre l’histoire, le déroulement des événements, la création de l’homme, les principes religieux les plus importants et les bonnes pratiques m’importe.

La réaction des proches, notamment de la famille dans un premier temps, a été extrêmement vive. De nombreuses « attaques », et de nombreuses critiques ! De l’incompréhension de ce qu’ils appelaient « un nouveau centre d’intérêt » pour moi de la part de l’ensemble des membres de la famille qui pourtant, le comble, sont également tous chrétiens orthodoxes !

Je me suis réfugiée dans la prière, encaissant toutes ces attaques et supportant toutes les critiques au nom du seigneur. J’ai longtemps prié et allumé un cierge pour eux, afin que le Christ leur ouvre les yeux et leur adresse un signe. Qu’il guide leurs pas, comme il a guidé les miens sur Portobello à Londres. Avec le temps, les critiques et les attaques se sont amoindries, comme s’ils avaient acceptés et respectés UN de mes choix.

Bien que mes choix et la religion soit quelque chose d’extrêmement personnel, je n’ai jamais eu aucune intention de porter une voix ou d’influencer quiconque. Malgré cela, bizarrement, 2 membres de la famille ont commencé également de temps en temps à pratiquer le jeûne.

*L’esprit :

Après la première année de jeûne, c’est au niveau mental que sont apparues les difficultés. Le jeune nous met en face de nos pêchés car nous sommes tous des pêcheurs. Il a fallu demander pardon à certaines personnes et plus difficile encore, pardonner à d’autres. C’est comme si le diable, cherchait à me rendre coupable indéfiniment…C’est là que la confession a toute son importance. Nous avouons nos péchés et le fait de demander pardon, nous apaise.

Ce temps de jeûne et de prières est comme une invitation à se retrouver seul avec soi et avec Dieu. Se retrouver seul n’est pas une tare, cela devrait même être un plaisir ! Pour pouvoir nous plonger à l’intérieur de nous-même en acceptant nos forces et nos faiblesses. Une attention particulière est portée à notre rapport avec les autres, et qui s’amplifie avec les années. On essaye d’être moins dans le jugement, de mieux les comprendre les autres, toujours avec amour et compassion.

Au niveau mental, le jeûne apaise les émotions, il insuffle un contrôle sur soi, et augmente la confiance en soi.

D’un point de vue spirituel, j’ai la sensation avec les années, d’une progression. Comme si l’on marchait sur les marches d’un d’escalier. Me considérant encore comme une débutante, je ne cesse de produire des efforts pour continuer à progresser et à comprendre les paroles du Seigneur.

J’ai lu la Bible deux fois en cyrillique, c’est un peu plus lent qu’en français au niveau de la lecture. Mais j’ai pris ce temps, quitte à relire certains passages plusieurs fois si nécessaire.

En résumé en termes de ressentis pour ma part, les bienfaits du jeune au niveau physique sont le renouvellement des cellules, accompagnée d’une perte de poids, au niveau mental le contrôle sur soi et la confiance en soi et l’apaisement, et au niveau spirituel l’élévation et la progression dans la foi.

Encore plus ancien que la Bible, et puisant sa force auprès des pères de nos églises, la technique du jeûne permettrait de remettre les choses à plat, de repenser ses habitudes et comportements mais insuffle peut-être également une nouvelle vision des choses

San@