Pour être en forme…70% de Nutrition et 30% de Sport

Pour soigner leur « apparence » de nombreuses personnes cherchent des conseils, de  l’aide. Rencontre avec des  professionnels du « coaching », dans un centre dédié.

 

Grand, bien bâti, Milan est depuis un an « coach nutrition » chez Herbalife, leader des compléments alimentaires Joli sourire, belle chevelure châtain, le trentenaire affiche une certaine assurance. Il fait un bilan à Samantha,  jolie jeune femme brune, d’une trentaine d’années.  Cela commence par de nombreuses questions sur ses habitudes alimentaires, ses activités et son état de santé. A l’aide d’un impédancemètre, quelques minutes suffisent à révéler les 9 points essentiels du corps : « Chaque point peut  être amélioré, en revoyant son alimentation ».

Il définit avec la cliente un objectif à atteindre, à  moyen et long  terme,  revoit l’alimentation, avec des compléments alimentaires, recommande du sport et un suivi hebdomadaire.

A raison d’une séance par semaine, Samantha arrivera, deux mois après ce bilan,  à perdre 7 kilos. Elle se serra donc sacrement affinée…

La clientèle ? De toutes catégories, de 20 à 70 ans. 60% de femmes et 40% d’hommes. Les femmes, « prenant plus soin d’elles-mêmes ont moins de gêne à réclamer de l’aide ».

Les hommes pensent eux avoir la solution : faire plus de sport. « Cela ne résout pas le problème» remarque Milan.  « En effet, les hommes peuvent faire de la musculation en salle depuis deux ans, se bourrer de protéines dans des compliments alimentaires peu onéreux et de très mauvaise qualité, sans arriver à prendre du muscle !Si l’alimentation n’est pas revue, c’est peine perdue! » Pour la forme, tout le monde est concerné.

Il  a suivi une formation, non certifiante, de trois mois  pour apprendre à « aider les gens dans cette démarche ».

Un passé douloureux qui sert à aider les autres

D’apparence doux, calme et apaisé Fodil a lui aussi  rejoint Herbalife  pour exercer un métier choisi à cause de son histoire personnelle. Obèse depuis l’âge de 2ans, il était monté jusqu’à 165 kilos. Se basant sur la méthode « Lafay » il a entrepris de faire une « sèche » (régime drastique sans gras)  où il a perdu 60 kilos en 9 mois. Ingénieur de formation, en chaudronnage industriel, très entouré, il avait envie de

« ressembler à quelqu’un de « normal ».  La peur de revenir en arrière, le décide à subir une opération. Qui  réduit son estomac de quatre cinquièmes. Erreur fatale !

Le corps a tellement été traumatisé qu’aujourd’hui, une seule séance de sport, pour lui c’est « deux tendinites ».

Depuis cette expérience il prône « une  philosophie de vie plus consciente,  en  pensant  à sa santé ». Parfois, il doit  corriger les clients: « Je ne suis pas là pour être gentil, je suis là pour dire la vérité, et je me sers de mon histoire pour les réveiller :  » tu veux te battre contre ton poids pendant 20ans comme moi ?  »

Il ne promet pas monts et merveilles, en termes de produit.  Mais l’association d’une bonne alimentation, de compléments alimentaires, de sport et d’une bonne hygiène de vie aboutit à de réels résultats. La gratitude des clients est son moteur. « Savoir qu’on a embelli la vie de quelqu’un, de petites victoires de pertes de poids, c’est extra. »

Il veut sauver un maximum de gens. Les progrès de ses clients sont pour lui comme une victoire sur son passé, un moyen de se réparer lui-même.

Brun, le regard vif, Cyril est, à 37 ans, le Responsable Training et Business Manager du centre Vexin Tonic  à Marines, dans le Val d’Oise. Le centre propose du coaching individuel et de groupe. Les cours sont d’une heure,  en petit groupe de 10. Le nombre de séances est défini par semaine, de 1à 4 séances, avec un programme qui change tous les 15 jours. Deux coachs sont toujours présents sur le plateau.

D’un abord sérieux, direct mais attentif, il maîtrise parfaitement son sujet : « On n’est pas dans la recherche de volume, on est dans la recherche de la qualité, avec des cours bien préparés. Nous sommes éducateurs sportifs à la base. Éduquer c’est apprendre aux gens pour qu’ils puissent un jour devenir autonomes ».

Elles ont un objectif et s’y tiennent

Il y a plus d’hommes en plateau de musculation, les femmes préfèrent les cours collectifs.

« La réflexion féminine est plus intelligente, avec une capacité d’écoute. Elles ne sont pas dans la recherche de performance, contrairement aux hommes. Elles ont un objectif à atteindre et s’y tiennent ». Il remarque que celles qui viennent ont souvent déjà tout testé, (multitude de régimes, du fitness etc.). « Cela fait 20 ans qu’elles n’arrivent pas à perdre leurs kilos en trop, malgré leurs efforts. Nous revoyons leurs méthodes, et arrivons à des résultats ».

Cyril se voit un rôle de psychologue, avec une vision globale. « Il faut rassurer la personne sur ses capacités à atteindre l’objectif. La sensibiliser à la diététique, d’où la collaboration avec Fodil et Milan pour la nutrition, mais aussi avec une ostéopathe. Cela dépasse la salle et le sport ». Cyril  explique que le modèle économique  a changé depuis l’arrivée du low cost. Mais cela n’est pas vraiment de la concurrence d’après lui : «  les clients n’ont pas de suivi. Nous, nous  restons dans le qualitatif ! »

Le coût ? Un forfait  de 79 euros  donne accès au club avec des cours matin, midi, et soir.

Avec un accès au plateau musculation et une seule séance par jour et par personne encadrée. Le «  personal coaching » est de  35 euros  la demi-heure et 60  l’heure.

« Nous sommes une entreprise commerciale mais avec une attitude plutôt familiale, on les appelle par leurs prénoms » affirme-t-il.

Ben 30 ans coach expert, est responsable du training et level 1 de cross fit.  Il est ancien joueur de foot US niveau championnat de France. Un corps d’athlète, il s’approche à son tour. Il précise, qu’il y a parfois des demandes spécifiques. Une personne qui prépare la « diagonale des fous » à la Réunion, une fille  partie de rien, qui au bout d’un an fait le  Paris- Nantes, un jeune qui prépare les championnats de France de triathlon, des personnes qui font les concours administratifs, pour le RAID ou  le GIGN. Répondre à différents profils et niveaux, cela prend du temps: « La valeur ajoutée c’est le temps, la réflexion en amont des cours ».

La disponibilité est constante sur SMS, même le week-end. « L’idée c’est de les border à différents niveaux pour qu’ils n’aient pas d’échappatoires » répète Cyril.

Serait-ce la recette pour atteindre l’apparence idéale ?

San@

Pour plus d’informations https://vexintonic.mediagora.co